Get Adobe Flash player

NOTES AUX GEANTS DE TILBURG,

BERKEL-ENSCHOT ET UDENHOUT

La fonction principale des géants est d'exprimer l'individualité de la communauté (ville - village), qui est représenté par le géant. En paroles plus belles : le géant donne une propre identité à la ville ou village.

Le mot «PROPRE» signifie que les gens de la ville "Voilà NOTRE GIANT, voilà notre (nom du Géant) ...............!!

Quand il a été décidé de donner à la ville de Tilburg et les villages de Berkel-Enschot et Udenhout ses propres géants au début des années quatre-vingt-dix du siècle dernier, chaque géant devait montrer laquelle des trois communautés, il ou elle représentait.

1. Géant Fraans Kruik est inextricablement attaché à TILBURG  Aucun problème avec ce choix. Tilburg a toujours eu une importante industrie textile et de laine. Puisque l'ammoniac était nécessaire pour nettoyer la laine, les travailleurs ont apporté leur urine quotidienne - plat dit leur "zeik" - dans un bocal (= kruik)aux travaux.    (sauf le lundi, parce qu'il y avait trop d'alcool dedans). Le surnom de Tilburg est donc "kruikenzeikers".

Le nom "Fraans" se réfère à Frans Verbunt - un célèbre résident de Tilburg qui a exploité six établissements au même temps. Il était un artiste de la vie, un connaisseur de vin, écrivain, homme d'idées d'or. Il a écrit un dictionnaire de la dialecte de Tilburg, il a été co-fondateur de la fondation langue Tilburg, mais il était principalement ‘tonpraoter’, (orateur de fête au carnaval). La proposition ( par Leon Timmermans) pour lui souvenir pendant des années et des années a donné l'impulsion à faire le géant de Tilburg

2. Le géant "frère de Udenhout".  Après une réorganisation municipale des villages Berkel-Enschot et Udenhout ont été ajoutés à Tilburg. Aussi pour ces communautés un géant a dû être fait.  "Le frère de Udenhout" est un terme connu quand on dit quelque chose de Udenhout.  À Udenhout il y a plusieurs institutions pour les personnes handicapées donc beaucoup de gens travaillent dans les soins de santé. Outre un terme religieux,  «frère» a également été nommé à un infirmier. Dès que boulanger Besselink a fait une délicatesse sous la forme d'un gros gâteau avec des ingrédients savoureux et l’a nommé "frère de Udenhout" un concept connu. Maintenant, il y a aussi la «Société de frère de Udenhout" une fraternité dans laquelle chaque année un homme ou une femme qui a fait mérite de la communauté est incluse.

3. Le géant St. Cecilia et St. Willibordus de Berkel-Enschot.  Mais quel problème de faire un géant pour Berkel-Enschot  Berkel et Enschot ont été deux villages séparés, qui formaient ensemble une congrégation, mais ont été mutuellement ‘’la haine et l'envie’’.

Chez chaque décision, on devait être tenu compte des deux villages. L’Hôtel de Ville par exemple était construit à la frontière entre les deux villages. Une fois un vieil ‘Enschottenaar’ a, quand il a decouvert que le cimetière d’Enschots était presque plein, dit : "quand il faut m’enterrer à Berkel je ne vais pas mourir." 

Enschot est connu comme un pèlerinage de St.Job. 

Malheureusement, un géant ‘St.Job’ n'est pas accepté dans Berkel. Les trappistes ont leur monastère et brasserie sur le territoire de Berkel-Enschot, mais parce que Udenhout a déjà son propre géant trappiste, St.Job n’était pas une bonne idée. 

À Berkel-Enschot il y avait aussi un monastère de Trappistines (Cisterciennes) mais en raison de leur déménagement ce n’était plus possible. 

Enfin on a choisi un géant à deux têtes – tète de Janus -. La paroisse de  Berkel l’a  nommé d'après St.Willibrord et Enschot de Sainte-Cécile de Enschot.

Koosje-Koosje 

Il y a longtemps, dans l'année zéro, qu’un roi vivait au pays de Judée. Son nom était Hérode le Grand.  Hérode a appris qu'un nouveau roi serait né à Bethléem. Hérode subirait pas de menaces à son régime, il voulait savoir immédiatement qui était son "rival" avec l’intention de l’éliminer.   En même temps, trois sages de l'Est ont suivi une étoile qui a indiqué que le nouveau roi des Juifs était né. Ils ont rendu visite à Hérode et il leur a dit qu'il voulait prouver à l'honneur du nouveau-né. Il comptait sur leur collaboration de lui faire rapport après leur visite à Bethléem . Quand les sages ne revenaient pas Hérode recommandait de assassiner tous les petits enfants de Bethléem.  Pour commémorer le "infanticide de Bethléem" petits enfants, habillés comme un adulte, passaient devant la maison (comme dans les Drie-koningen-zingen) chantant le chanson de Koosje-Koosje en espérant d’obtenir des bonbons. Cette tradition a été perdue dans les années 50. Avec nos enfants géants nouveaux nous voulons faire revivre à la tradition de Koosje-Koosje

TOELICHTING OP DE REUZEN UIT  TILBURG, BERKEL-ENSCHOT EN UDENHOUT.

De belangrijkste functie van de Reuzen is het uitdrukken van de eigenheid van de gemeenschap (stad – dorp), die door de Reus wordt vertegenwoordigd. Met nog mooiere woorden gezegd: de Reus geeft de stad of dorp een eigen identiteit. 

Het woordje “EIGEN” betekent dat de mensen uit de stad of het dorp zeggen: “KIJK DAT IS ONZE REUS DAT IS ONZE (naam van de Reus)……………!!!

Toen begin jaren negentig van de vorige eeuw werd beslo-ten om de stad Tilburg en de dorpen Berkel-Enschot en Udenhout hun eigen Reus te geven, moest dus iedere Reus laten zien welke van de 3 gemeenschappen hij of zij vertegenwoordig-de. 

1. De Reus FRAANS KRUIK is onlosmakelijk verbonden aan TILBURG

Geen enkel probleem bij deze keuze. Van oudsher kende Tilburg een belangrijke textiel- en wolindustrie. En omdat bij het schoonmaken van de wol ammoniak nodig was brachten de arbeiders dagelijks hun plas – plat gezegd hun “zeik” – in een kruik mee naar hun werk.  (‘s Maandag niet, want dan zat er teveel alcohol bij). De spotnaam voor Tilburgers is dan ook “kruikenzeikers”. 

De naam “Fraans” verwijst naar Frans Verbunt – een echte en alom bekende Tilburger die ooit zes horecazaken tegelijk uitbaatte. Hij was een levenskunstenaar , ‘n wijnkenner, wijn-schrijver, ‘n man van gouden ideeën. Hij schreef een Tilburgs dialect woordenboek, was me-de-oprichter van de stichting Tilburgse Taal, maar was toch vooral tonpraoter., In gewoon Nederlands: feestredenaar met carnaval. Het voorstel (van Leon Timmermans) om hem in lengte van jaren te gedenken werd de aanzet om de Reus van Tilburg te maken.

2. De Reus “Udenhoutse Broeder”.

Na een gemeentelijke herindeling werden de dorpen Berkel-Enschot en Udenhout bij Tilburg gevoegd. En ook voor die gemeenschappen moest een Reus gemaakt worden.

“D’n Udenhoutse Broeder” is een bekend begrip als men iets zegt over Udenhout. 

In Udenhout zijn diverse instellingen voor gehandicapte mensen en er werken dus veel men-sen in de zorg. Naast een religieuze term “broeder” werd ook verpleger broeder genoemd.  En toen bakker Besselink een lekkernij in de vorm van een grote koek met spijs en andere smakelijke ingrediënten maakte en die “Udenhoutse broeder” noemde werd de naam een be-grip. Nu is er ook het “Genootschap van de Udenhoutse Broeder”, een broederschap waarin jaarlijks een man of vrouw wordt opgenomen die zich verdienstelijk heeft gemaakt voor de Udenhoutse gemeenschap.

3. Reus St. Caecilia en St. Willibrordus uit Berkel-Enschot.

Maar wat een probleem was het om een Reus voor Berkel-Enschot te maken. 

In het verleden waren Berkel en Enschot afzonderlijke dorpen, die weliswaar één gemeente vormden, maar onderling was het vaak “pik en pook”. 

Vervolg: zie ommezijde

Bij alle beslissingen moest rekening gehouden worden met beide dorpjes. 

Het gemeentehuis bijvoorbeeld kwam op de grens tussen de dorpen te staan. Hetzelfde gold voor andere gemeenschappelijke zaken. Bekend is een uitspraak van een echte Enschottenaar toen bekend werd dat het Enschotse kerkhof bijna vol was ‘als ik in Berkel begraven moet worden, ga ik niet dood.”

Enschot is bekend als bedevaartplaats van St.Job. 

Helaas een St.Job reus wordt in Berkel niet erkend. Ook de Trappisten hebben hun klooster en brouwerij op Berkel-Enschots grondgebied, maar omdat aan Udenhout al een broeder als Reus is toegedacht was een Trappist als reus geen goed idee.

Nou stond er in Berkel-Enschot ook een klooster van de Trappistinnen / Cistercienzers, maar die stonden op het punt om te verhuizen naar een andere gemeente en een Trappistin als reus was dus ook geen haalbare kaart.

Tenslotte werd geheel in de stijl van vroeger – ieder z’n zin - de Reus met de twee hoofden – Januskop – geboren. De Berkelse parochie is vernoemd naar St Willibrordus en St Caecilia is de parochie heilige van Enschot.